Elodie WYSOCKI

«MONSTRUEUSES»
Installation in situ
 

« À l’image de l’archéologue qui, lorsqu’il excave les restes momifiés de nos ancêtres, doit s’attacher à lire dans les nervures de la terre l’histoire de ce corps qui n’en est plus un, Elodie Wysocki travaille dans les plis du réel, à la recherche d’une vérité qu’elle pourrait faire sienne. (...) »

Clare Mary Puyfoulhoux, Boombang, Juillet 2012.

 

MONSTRUEUSES est une exposition qui s'inscrit dans la tradition des Foires aux monstres et des jardins d'acclimatation anthropologiques du 19ème siècle.

Ici pourtant, ni spectacle, ni attraction. On observe à distance, derrière les vitres du kiosque des Batignolles, des corps étranges, immobiles et indifférents à notre présence. Objets de curiosité, semblant sortir d'une époque lointaine ou des réserves poussiéreuses d'un musée d'histoire naturelle, ces figures mi-hommes, mi animales, évoquent des formes anciennes, archaïques et primitives, mais néanmoins hautement humaines.

Les Darwinettes sont les incarnations du chaînon manquant, cet ancêtre bipède de transition entre l'homme moderne et l'animal, phantasmé et sans cesse réinventé depuis la publication des théories de l'évolution de Charles Darwin. 

Wysocki ©LE K.A.B.

Wysocki ©LE K.A.B.

Wysocki ©LE K.A.B.

Wysocki ©LE K.A.B.

Wysocki ©LE K.A.B.

Wysocki ©LE K.A.B.

Wysocki ©LE K.A.B.

Wysocki ©LE K.A.B.

Wysocki ©LE K.A.B.

Wysocki ©LE K.A.B.