Lili Bel

Didier Bonnot

« PAREES A S'ENVOLER»
Installation in situ

Lili Bel

Pour le peuple Iatmul de Papua-New-Guinea, la tête contient toute la substance de l'Être. Aussi conservent-ils les crânes de leurs ancêtres qui, une fois "surmodelés", sont décorés à l'image des défunts. L’esprit demeure et participe ainsi entièrement à la vie de la maison.

 

C’est sur ce modèle Iatmul, que s’inscrit ce travail sur les crânes, replacé dans notre culture et notre société occidentale.

Les crânes d’animaux sont ré-habillés : la réalité du squelette disparaît au profit d’une image autre. Ils apparaissent tels des parures symboliques.

Où est la vérité entre ce crâne recréé et ce crâne disparu ? Fidèle à ma recherche artistique entamée il y a 25 ans, c’est une nouvelle exploration des limites de la réalité et de la fiction, que la présentation en « lévitation » renforce. Malgré sa lourdeur apparente, la sculpture joue de légèreté et s’élève telle une âme. Cette verticalité traduit le passage, du tellurisme au spirituel.

 

Ce travail est une réflexion sur la mort et l’oubli. Les esprits, sans présence concrète ni palpable, perdure en nous et dans notre univers, participe à nos prises de décision et répond souvent à nos interrogations. L’absence a donné un nouvel aspect à ces têtes. Embellies, ennoblies, magnifiées, nos disparus sont sublimés pour nous habiter à perpétuité.

©Le K.A.B
©Didier Bonnot
©Le K.A.B
©Michèle Rivey
©Le K.A.B
©Le K.A.B