Lili Bel

Jérôme De Vienne

“Moins peut-être et bien plus“

Vous êtes dans le square des Batignolles, devant une serre fermée au public.

Vous voyez, à travers les carreaux de verre du XIXème siècle, un oranger en pot, qui date peut-être de la même époque.

Puisque vous lisez ce texte qui signale une œuvre d'art installée ici, c'est que vous pensez qu'il y a qu'il doit y avoir là quelque chose de plus intéressant à voir ; vous cherchez un éclaircissement.Tout en lisant, vous réalisez qu'une odeur d'orange vous parvient, malgré les portes fermées.

Vous vous demandez distraitement, pour jouer le jeu, si l'odeur ne fait pas partie de l’œuvre que vous cherchez, et ce que cela impliquerait. Peut-être l'artiste a-t-il voulu réduire son geste au minimum dans ce décor impressionniste, s'effacer devant le lieu proposé ?

 

Ainsi la serre et l’oranger deviendraient partie prenante de l’œuvre, mais presqu'accidentellement, comme tout ce que vous percevez autour de vous. Tout ce que vous pensez, même, pendant que l’odeur pénètre votre corps, devrait y être associé, et être considéré comme faisant partie du projet de l’artiste.À moins que ce ne soit un hasard, que cet oranger soit vraiment à pleine maturité et répande son parfum. Vous pourrez au moins vous féliciter d'avoir remarqué cette odeur et arrêté poétiquement votre marche pour y prêter attention.

Visuel odeur orange com

« (...) la peinture est une habitude olfactive. Les artistes professionnels peignent parce qu’ils doivent avoir l’odeur du pigment et du vernis dans les narines. Un artiste est l’esclave de son nez et du marché de l’art ».

Moins peut-être et bien plus est une installation dans laquelle les contraintes du lieu d'exposition constituent la matière première du travail : une serre inaccessible au public et un oranger central. Cette volonté de se plier aux éléments présents imposait de gommer le geste, et d'utiliser une odeur comme seul vecteur d'une œuvre invisible. Pendant toute la durée de l'exposition, il s'agit de compléter le lieu, pris comme un décor, en allant répandre de l'huile essentielle d'orange autour de la serre ; penser à chaque fois à Marcel Proust et à l'importance des odeurs dans ses réminiscences, et ainsi de coloniser tous les alentours d'une sorte d'intention dont je ne suis pas responsable, d'une intention toute faite en quelque sorte.